Appliquer Montessori à la maison : quelle posture ?

Mettre en œuvre la pédagogie Montessori à la maison c’est avant tout un choix éducatif, une certaine parentalité, indépendamment de la scolarité suivie par son enfant. Nous vous donnons ici des éléments concrets pour adopter la posture d’un parent Montessori.

Par Jeanne Guillaume

Appliquer la pédagogie Montessori à la maison en ayant une posture suivant les grands principes Montessori, ce sont 10 réflexes à adopter : 

  1. Permettre le mouvement
  2. Favoriser l’exploration
  3. Laisser son enfant faire seul
  4. Etre un modèle de comportement soi-même
  5. Observer et suivre son enfant dans ses élans
  6. Préserver la concentration de son enfant
  7. Ni réprimander, ni féliciter 
  8. Responsabiliser 
  9. Parler à son enfant
  10. Se placer à la hauteur de son enfant

On vous explique :


1. Appliquer Montessori à la maison : l’enfant en mouvement

Maria Montessori observe que les enfants ont un besoin physiologique de mouvement de la naissance à 4 ans et demi environ. Soyez donc attentif à permettre à votre enfant de bouger autant qu’il en a besoin. Cela passe évidemment par le fait de se dépenser dehors. Essayez d’y consacrer un long moment chaque jour. Mais pas seulement.

Demander à un enfant de rester calme et assis pendant plus de 5 minutes peut être insurmontable pour lui et cela reste normal à son âge. Et pourtant, nous demandons cet effort presque surhumain à nos enfants dans de nombreuses situations : les trajets en voiture, les repas, dans les écoles traditionnelles, … Ayez ainsi à l’esprit ce besoin de mouvement de votre enfant et favorisez- le de toutes les façons possibles !

Introduire du mouvement partout :

  • A table, si vous percevez un besoin de bouger de sa part, proposez-lui d’aller chercher du sel ou de l’eau dans la cuisine, ou tout élément qui ferait défaut. Laissez-le descendre de sa chaise pour ramasser un couvert. Si le besoin est plus important, il vous faudra tirer un trait sur les repas assis et inventer avec votre enfant un rituel qui comprend du mouvement (un aller-retour à la fenêtre-une bouchée, et à nouveau). Ce besoin irrépressible s’atténuera en grandissant. Dans ce dernier cas, expliquez simplement à votre enfant que vous comprenez son besoin et que lorsqu’il sera plus grand, il sera plus à l’aise assis à table et que ce rituel changera donc.
  • En voiture, inventez avec votre enfant des chorégraphies de mains et de pieds accompagnées de musique !
  • Laissez votre enfant descendre de sa poussette autant que possible. Préférez trottinette, draisienne ou vélo, dès que votre enfant est assez grand.
  • Au supermarché, confiez à votre enfant des tâches comme faire des aller et retours et déposer les articles dans le caddie, ou sur le tapis roulant une fois à la caisse.

Bref, incluez du mouvement dans toute activité, votre enfant ne peut pas aller contre sa nature, il en a besoin !


2. Appliquer Montessori à la maison : l’enfant explorateur

Mettre en œuvre Montessori à la maison c’est aussi laisser son enfant faire ses apprentissages par l’exploration. Cette exploration sensorielle se fait dès la naissance. Votre rôle sera ainsi de laisser votre enfant goûter, toucher, manipuler, s’aventurer en terrain inconnu, se salir…

En réalité, il s’agira surtout pour vous de réprimer vos craintes que votre enfant ne se blesse ! Un enfant que l’on laisse tester son équilibre en marchant sur un tronc d’arbre couché, ou que l’on permet de s’exercer avec un couteau, deviendra un enfant plus agile, habile, et moins susceptible de se blesser.

Créez donc les conditions pour que votre enfant fasse ses apprentissages, sans prendre de risques démesurés, mais en sortant de sa zone de confort, et peut-être, de la vôtre !


3. A la maison, laisser son enfant faire seul

Laissez votre enfant faire seul autant que possible. En créant chez vous un environnement propice à son indépendance, vous mettez toutes les chances de son côté pour qu’il fasse ses apprentissages de façon autonome.

Boutonner son gilet seul, ou mettre ses chaussures seul, cela prend du temps. Prévoyez d’avertir votre enfant de votre départ bien en avance !

Voyez ces astuces pour apprendre à son enfant à s’habiller seul, notamment la méthode du papillon pour enfiler son gilet, sa veste ou son manteau seul !

De plus, vous pouvez apprendre à votre enfant à demander de l’aide lorsqu’il en a besoin. Vous saurez ainsi que lorsqu’il ne demande pas, c’est qu’il veut faire seul. Et ce, même s’il semble en difficulté ! Il sera en réalité en plein apprentissage, laissez-le faire !

Comment apprendre à votre enfant à demander de l’aide :

  • Si vous êtes visiblement disponible, en s’adressant à vous et en demandant poliment.
  • Si vous êtes occupé à une tâche, en posant sa main sur votre épaule (ou votre cuisse si vous êtes debout) et en attendant patiemment que vous vous tourniez vers lui pour lui donner votre attention. Cette compétence ne s’acquiert pas en une seule fois, persévérez en exigeant de votre enfant qu’il applique ce petit protocole (à partir de deux ans environ).

4. Adopter la posture Montessori d’exemple à suivre à la maison

Vous souhaitez que votre enfant soit poli et patient : vous-même adressez-vous toujours à lui, et à toute personne en sa présence, de façon polie et en faisant preuve de patience ! Vous êtes son modèle.

Traitez ainsi votre enfant avec le même respect que vous accorderiez à un adulte. Si vous devez par exemple  interrompre votre enfant au beau milieu d’un jeu, demandez-lui pardon de l’interrompre. Son jeu est tout aussi important que tout travail auquel s’adonnerait un adulte !


5. Observer et suivre les élans de son enfant

Maria Montessori parle de périodes sensibles. Le cerveau de votre enfant est soudain tout disposé à faire certains apprentissages. Observez votre enfant chaque jour et nourrissez ses élans.

  • Votre bébé s’intéresse de près aux petits objets contenus dans votre sac et vous le laissez faire ? Vous êtes tout à fait aligné avec la pédagogie Montessori ! Votre enfant est en pleine période sensible des petits objets.
  • Votre enfant se prend de passion pour la numération, multipliez les occasions pour lui de compter :
    • les marches de l’escalier
    • les pas de la salle de bain à sa chambre
    • le nombre de tomates cerises dans son assiette
    • le nombre de fourchettes à placer sur la table
  • Votre enfant se délecte de manipuler de la pâte à modeler. Vous pouvez lui proposer d’explorer de l’argile, un bol rempli de graines à faire glisser entre les doigts, ou du sable. Il est en train de faire des apprentissages essentiels par l’exploration sensorielle.
  • Votre enfant s’intéresse aux lettres, initiez le jeu des mots qui commence par tel ou tel son avec une petite sélection d’objets. 

“Mon petit oeil voit quelque chose qui commence par mmmmm….oui, un mmmmouton !”


6. Appliquer Montessori à la maison : être le gardien de sa concentration

Créez les conditions pour que votre enfant atteigne une concentration favorable à ses apprentissages. Un environnement ordonné et calme l’aidera. Mais soyez vous-même le premier garant de sa concentration en évitant de le déranger lorsqu’il est absorbé. 

De la même façon que vous vous abstiendrez d’intervenir si votre enfant ne vous demande pas de l’aide, retenez-vous de venir le déranger quand vous assistez à un moment d’intense concentration chez votre enfant. Observez de loin discrètement et émerveillez-vous !

7. Ni réprimander ni féliciter son enfant

Maria Montessori explique que la motivation de l’enfant est interne. Si vous vous abstenez de féliciter sans cesse votre enfant, vous constaterez qu’il souhaite accomplir des choses seulement pour sa propre satisfaction.

Là réside tout le drame des notes et des bons points dans les écoles traditionnelles. Les enfants s’habituent à travailler pour contenter leurs professeurs et leurs parents. Alors qu’à l’origine, ils portent en eux-mêmes le désir d’apprendre. Même de simples appréciations convertissent la motivation de l’enfant en une motivation externe préjudiciable.

Partager le bonheur de votre enfant plutôt que le féliciter

Cela ne vous empêche pas de partager son bonheur lorsqu’il l’exprime. Concrètement, voici comment ne pas émettre de jugement, par exemple lorsque votre enfant vous apporte un dessin qu’il vient de réaliser. Au lieu de s’extasier devant la « beauté » du dessin, vous pouvez lui témoigner votre intérêt pour son activité plus que pour le résultat, sans jugement :

  • “J’ai vu comment tu étais concentrée dans ton dessin tout à l’heure.”
  • Ou encore : “Veux-tu me parler des couleurs que tu as choisies ?”
  • Ou bien : “Es-tu satisfait de ton travail ? Oui ? J’en suis heureux pour toi.”

Vous constaterez qu’il ne recherche pas votre approbation. Il se peut en revanche qu’il ait parfois besoin de vos encouragements :

  • “Tu voudrais continuer un peu ton dessin ?”

Les erreurs sont des opportunités d’apprentissage

De même, Maria Montessori encourage la bienveillance envers les erreurs. Ce sont là de formidables opportunités de faire ses apprentissages. Montessori préconise de ne pas pointer les erreurs. Lorsque l’enfant constatera lui-même son erreur, il la corrigera et l’acquisition d’une nouvelle compétence sera d’autant plus efficace.


Pour aller plus loin, nous vous recommandons le livre Éduquer sans récompenses ni punitions de Jean-Philippe Faure.


8. Responsabiliser son enfant

Maria Montessori enjoint les adultes à traiter les enfants comme des êtres responsables. Ainsi, il est bénéfique d’attendre de son enfant qu’il replace les choses en ordre après les avoir utilisées.

De même, s’il n’est pas grave de faire des erreurs, donnez à votre enfant l’opportunité de les réparer :

  • éponger de l’eau renversée en allant soi-même chercher un linge et en l’étendant ensuite.
  • consoler un autre enfant à qui il a fait de la peine en lui proposant une solution : un échange de jouets, un câlin, un pansement …

9. Parler avec son enfant à la maison c’est appliquer la méthode Montessori

Selon Maria Montessori, en ceci prouvée vraie par les neurosciences aujourd’hui, parler avec son enfant dès son plus jeune âge, en le regardant, participe grandement à son apprentissage du langage.  Parlez donc beaucoup à votre bébé (en réalité, dès le dernier trimestre de grossesse) en vous adressant directement à lui et en utilisant un vocabulaire riche et varié.

Prolongez cette expérience en lisant à votre enfant, dès ses premiers mois, et même, après qu’il ait lui-même acquis la lecture.

D’une manière générale, privilégiez les moments de qualité passés avec votre enfant. Chaque jour, pendant un temps, soyez complètement disponible et à l’écoute et partagez un moment, une activité avec votre enfant. Ces partages sont pour lui source de bien-être et d’apprentissage.


10. La posture Montessori : à la hauteur de son enfant

Dialoguer avec votre enfant doit autant que faire se peut en plaçant votre visage à la hauteur du sien. Cette posture favorise la qualité de vos échanges. L’enfant peut lire vos expressions de manière plus exacte et aucune hiérarchie ne vient s’immiscer entre vous.

En pratique, ce changement de posture peut vous aider à améliorer la qualité de votre intervention auprès de votre enfant en vous faisant entrer, de par l’expression de votre intention, dans un rapport privilégié et de qualité.

Voici comment, en adoptant ces 10 réflexes de posture, il est possible d’appliquer la pédagogie Montessori à la maison. Faire de sa maison un environnement Montessori sans achat de matériel particulier, c’est faisable aussi.

Guide d’activités Montessori de 0 à 3 ans

60 activités à faire chez soi pour développer la motricité, l'éveil des sens, la logique, le langage et l'autonomie

En savoir plus