Le matériel Montessori

Le matériel Montessori répond à des caractéristiques précises qui permettent un apprentissage amélioré de l’enfant. Découvrez ici ce qui caractérise le matériel Montessori et son rôle dans l’éducation de l’enfant.

Par Jeanne Guillaume

Prochain article : L’éducateur Montessori

Caractéristiques pédagogiques du matériel Montessori

Le matériel conçu par Maria Montessori est :

Un matériel attrayant

Le plus souvent en bois, toujours en matériau noble, le matériel Montessori arbore des dimensions harmonieuses. Ses finitions parfaites détourent de belles couleurs vives. Ses représentations sont fidèles et les outils réels. Ainsi, ce matériel attire le regard et les doigts de l’enfant guidé par son élan vital d’explorer et d’apprendre.

Chaque activité trônant à son emplacement n’existe qu’en un seul exemplaire. Si le matériel est déjà utilisé, un autre enfant intéressé attendra qu’il retrouve sa place sur l’étagère pour l’utiliser. En effet, ce caractère unique et la mise en valeur de chaque pièce de matériel disposée sur des étagères ouvertes, ajoutent à l’attrait du matériel.

Un matériel concret

Il pèse, il casse, il inclut des petites pièces délicates. Il représente concrètement des abstractions mathématiques, des règles de grammaire, ou encore, des réalités géographiques immenses ! Le matériel Montessori permet alors à l’enfant de s’approprier ces concepts abstraits par la manipulation.

“ La main est l’instrument de l’intelligence. L’enfant a besoin de manipuler les objets pour expérimenter en les touchant et en les maniant. ”— Maria Montessori, London Lectures, 1946.

Un matériel Montessori doté d’une correction intrinsèque

Dans le but de permettre à l’enfant de faire ses apprentissages en toute autonomie, Maria Montessori a veillé à inclure dans son matériel une correction intrinsèque.

Elle résidera :

  • dans le nombre de barres de perles placé dans une boîte (une barre inutilisée, une fois l’activité terminée, indique l’erreur) ;
  • dans le cube de la tour rose que l’on voudra placer. Se rendant compte que celui-ci est plus grand que le précédent, on reviendra en arrière pour intervertir les cubes. Et ainsi atteindre l’harmonie de la tour ;
  • ou encore dans les gouttes d’eau censées se retrouver dans un récipient. Celles qui s’échapperont du pichet et tomberont sur la table montreront l’erreur ;
  • ou le moule du puzzle qui indiquera que la pièce ne peut se placer là ;

Tout dans le matériel est pensé pour que l’enfant, concentré, dispose de tout ce dont il a besoin pour continuer sans aide son activité.

Le matériel Montessori organisé par aires

Les aires

A chaque stade de développement, durant lesquelles différentes “ périodes sensibles ” ont lieu, le matériel évolue et s’organise selon différents curriculums ou aires :

  • Les plus jeunes se concentrent sur leur développement moteur, l’ordre (plateaux de triage). Mais également le soin d’eux-mêmes (cadres d’habillage) et de l’environnement (balais) ou encore l’acquisition du langage.
  • Les 3 – 6 ans se voient offrir des curriculums de Vie pratique, Sensoriel, Mathématiques, Langage et Culture.
  • Les 6 – 9 ans disposent de curriculums supplémentaires telles la Géométrie, l’Histoire ou la Biologie.

Un matériel peut se retrouver d’un cycle à un autre dans le but d’aller plus loin dans les apprentissages. Il en va ainsi du Cube du binôme, initialement manipulé dans l’ambiance des 3 – 6 ans comme un matériel sensoriel. Ce puzzle en trois dimensions, sera, chez les plus grands, utilisé notamment comme support à la compréhension de l’équation (a+b)³ en mathématiques.

Le matériel Montessori permet une progression très précise

Chaque activité isole un concept et sert l’acquisition ou le perfectionnement d’une compétence. Une activité mène à une autre. Le guide, présent dans l’ambiance, veillera précisément à ce que l’enfant maîtrise le concept précédent avant de lui présenter le suivant.

Les compétences acquises dans une aire serviront également à progresser dans une autre aire. Une bonne maîtrise de la pince à trois doigts, exercée dans l’aire de Vie pratique (Cadres d’habillage, transvasements …) conduira naturellement à une activité de maîtrise de l’outil pour écrire.

Plusieurs activités dans différentes aires doivent être parfois maîtrisées pour que l’enfant soit assuré de manipuler avec succès une nouvelle activité plus avancée. On parle de prérequis.

L’enfant de 2 ans 1/2 ou 3 ans, par exemple, commence tout simplement par la pratique isolée de l’activité de porter, dérouler et rouler un tapis, avant même d’y placer une activité. Introduire simultanément la manipulation du tapis et une nouvelle activité conduirait au découragement de l’enfant devant la tâche trop grande de maîtriser tout, en une seule fois. Son matériel ne serait sans doute ni manipulé jusqu’au bout, ni remis en ordre. L’enfant n’en ressortirait pas satisfait.

Les prérequis pour la tour rose, par exemple, sont :

  • la maîtrise du tapis
  • la maîtrise des Blocs de cylindres (démontrant notamment une capacité de préhension).

Une des originalités de la méthode Montessori est son curriculum sensoriel, inspiré des travaux de Jean Itard et d’Édouard Seguin. Conçu pour éduquer chacun des sens des jeunes enfants, il leur donne la base de tout autre apprentissage et est une formidable formation à la concentration, au raisonnement et à la confiance en soi.

Bibliographie

  • Le manuel pratique de la méthode Montessori, Maria Montessori
  • Pédagogie scientifique, Tome 1, Maria Montessori